Actus

Antidote : un copilote pour les rédacteurs web

Depuis longtemps, nous souhaitions nous équiper d’un logiciel de correction orthographique. Besoin de gagner du temps dans nos relectures, et surtout de nous appuyer sur un dispositif plus performant que le correcteur Word. Nous avons voulu tester Antidote, un logiciel dont nous avions beaucoup entendu parler. Voici nos retours d’expériences.

 

Un rédacteur web a-t-il (vraiment) besoin d’un correcteur ?

Les professionnels du contenu doivent faire preuve d’une excellente maîtrise de la langue française. Syntaxe, orthographe, grammaire : ils sont attendus au tournant. Et pourtant, nul n’est à l’abri d’une coquille… même avec le correcteur Word. N’est pas Pivot qui veut.

En tant que free-lances, nous savons que ce genre d’écueil peut sabrer une réputation. Les clients nous font confiance, il en va de leur image.

Alors pendant des années, nous avons consacré beaucoup de temps à la relecture. Avec à la clé, un grand nombre d’heures non facturées. Le prix à payer pour être irréprochable…

Voilà pourquoi nous avons souhaité essayer Antidote. Nous cherchions un correcteur, nous avons découvert un véritable allié pour rédiger nos contenus.

 

Un logiciel intégré

Premier point appréciable, Antidote se fond dans votre environnement. Aussitôt téléchargé, une icône s’installe dans la barre d’outils Word, et si vous le souhaitez, sur votre navigateur.

La prise en main est aisée : on vous propose deux fonctions essentielles, le correcteur et le dictionnaire. Signalons également la présence de guides linguistiques conçus dans une optique pédagogique.

 

Au départ, la fonction dictionnaire nous a paru anodine.

En effet, nous utilisons peu cet outil lorsque nous créons du contenu. À part en cas de doute, pour lever une approximation, ou trouver un synonyme. Et dans ce cas-là, nous nous appuyons sur des sites internet.

Mais le logiciel a changé notre façon de fonctionner. Le dictionnaire Antidote ne se limite pas à un simple catalogue de définitions, il est un ensemble d’outils réuni en un seul.
Nous allons prendre un exemple : le mot générique : « oiseau ».

img antidote 1

Le logiciel nous donne une définition classique du terme. Il nous suggère aussi des synonymes (ici 51 occurrences) et des antonymes. Une aide précieuse pour éviter les redondances.

Pour les puristes, Antidote va plus loin en décrivant toute l’histoire du mot, de son étymologie à son évolution graphique. Il peut aussi nous proposer des citations littéraires contenant le mot oiseau.

Si c’est un verbe, vous avez accès en un clin d’œil à toute sa conjugaison.

En tant que rédactrices sensibilisées au SEO, nous sommes particulièrement intéressées par les sections cooccurrences, et champ lexical.

img antidote 2

Légende : cooccurrences du mot oiseaux

Nous savons que les moteurs apprécient les pages thématisées, et qu’ils évaluent leur niveau de fiabilité grâce à leur pertinence sémantique.

On peut imaginer que si Antidote arrive à déterminer le champ lexical et les cooccurrences du mot clé principal d’un article…. Google le peut aussi.

En poursuivant le raisonnement : un contenu proposant une grande variété de termes, tous articulés autour d’un terme-clé peut espérer trouver plus facilement grâce aux yeux des moteurs de recherche.

 

Le petit plus du dictionnaire

Parfois, on a un mot sur le bout de la langue… sans pouvoir l’attraper. Si vous tapez « étude des oiseaux » dans le dictionnaire, Antidote vous présentera automatiquement le terme « ornithologie ». Un précieux gain de temps.

 

Un correcteur orienté autoformation

L’outil est assez intuitif. Il suffit de taper son texte dans Word puis de cliquer sur l’icône Antidote pour ouvrir la fenêtre du correcteur.

Votre contenu s’affiche, épuré de sa mise en forme. Dans la colonne de gauche, plusieurs actions sont possibles : la correction, la révision, les statistiques, et l’inspection.

La correction est l’outil que nous utilisons au quotidien. Le logiciel souligne en rouge tous les mots et tournures qui lui paraissent incorrects. En passant la souris sur le terme, des propositions et une explication s’affichent. Libres à vous d’appliquer ou non la prescription.

Contrairement à Word, les règles sont expliquées. On peut même directement consulter la section des guides linguistiques directement liée à la faute repérée. La correction est pédagogique, d’éventuelles lacunes peuvent être ainsi comblées.

 

Un grand appui pour les questions de typographie

Rares sont les rédacteurs capables de maîtriser complètement les codes de la typographie. Faut-il laisser un espace avant ou après les deux points. Comment jongler avec les espaces sécables, insécables ? Antidote détecte toutes les failles, et encore une fois, réexplique la règle.

 

Et pour prendre de la hauteur sur son texte

Avec sa fonction révision, Antidote analyse les aspects pragmatiques de votre texte : le locuteur est-il toujours le même ? Quels sont les lieux cités ? Dans quel espace temporel ? etc.

L’outil donne aussi des indications sur le style : le % de répétitions, de phrases longues, passives, négatives…

Mieux encore : vous pouvez avoir un retour sur la tonalité du contenu, avec l’étude sémantique : le texte est-il plutôt positif, négatif, fort, ou faible dans ses formulations. Alors que l’on parle beaucoup de web sémantique, cette analyse a du sens.

Les fonctions sont très nombreuses, mais il serait trop long de toutes les détailler.

 

Bien entendu quelques écueils

Le correcteur est-il fiable ? Globalement, oui

À 100 % ? Non !

Point de magie pour autant, Antidote souligne parfois des mots correctement orthographiés, comme dans cet exemple, tiré de l’article que vous êtes en train de lire.

 img antidote ex correcteur

Il convient au rédacteur de faire le tri entre le grain et l’ivraie.
De la même façon, le logiciel peut laisser passer quelques fautes : l’oubli d’un terme, l’utilisation de « de » au lieu de « des », ou la confusion entre un verbe et un participe passé. En réalité, cela dépend beaucoup de la façon dont vous paramétrez le logiciel (entre le réglage « soigné » ou « tout signaler »).

Globalement nous estimons notre niveau de satisfaction (sur le correcteur) à 80 %, un pourcentage sans commune mesure avec celui que nous attribuons au correcteur de Word.

 

Ce que nous en retenons pour nos pratiques professionnelles

Au bout de deux mois d’usage, nous pouvons dire qu’Antidote nous fait gagner du temps dans nos relectures. Ce « regard extérieur » nous permet d’élever la qualité globale du texte, puisqu’il est capable de mettre en évidence les répétitions, « les verbes ternes », du type « avoir, être, faire », et le niveau de langage.

Il nous a été d’une aide précieuse pour des activités de conception rédaction (création d’une baseline), grâce aux fonctions champ lexical, et cooccurrences du dictionnaire.

Ces mêmes fonctions nous aident à travailler des sélections mots-clés pour nos clients, et à rédiger du contenu mieux optimisé pour le référencement.

 

Quelques améliorations à proposer

Si l’éditeur du logiciel nous lit, nos besoins spécifiques de rédacteur web pourraient nous amener à proposer plusieurs axes d’amélioration :

— une considération des métadonnées (title, description, [h1], [h2]) dans l’analyse sémantique de la page, afin d’obtenir des densités pondérées de mots-clés. C’est ce que fait Alyze.org.

— pourquoi pas (et là on rêve un peu), un couplage avec l’outil de sélection mot clé Adwords, afin de visualiser le potentiel de recherche des mots du dictionnaire.

 

Lise, directrice associée - Editorial Interactif

Leave a Reply

2 Comments on "Antidote : un copilote pour les rédacteurs web"


Guest
steve axentios
2 years 4 months ago

Lise, j’utilise Antidote depuis des années et c’est vraiment le meilleur et le plus intuitif. Prolexis, par exemple, est très peu convivial. Depuis peu, je couple Antidote avec Le Robert correcteur, dont le prix est aussi très abordable. Avis aux intéressés!

Author
2 years 4 months ago

Hello Steve, merci pour ton éclairage ! C’est un logiciel facile à prendre en main, même si de prime abord, j’ai trouvé les captures d’écran un peu “sévères”. Au final on s’y fait bien !