Actus

#Vis ma vie de rédacteur – Eve Demange

Bonjour Eve, qui es-tu ?

Eve Demange, conceptrice rédactrice web freelance depuis 14 ans, blogueuse @Plume Interactive et romancière. J’aide les entreprises à penser leur stratégie de contenu web SEO. Ensemble, nous concevons des contenus visibles, utiles et intéressants pour leurs clients, des contenus capables de porter leur identité et de les aider à atteindre leurs objectifs sur le web. J’enseigne ma passion de l’écriture web à l’université. Je donne aussi des formations. Et quand je n’écris pas pour le web, eh bien… j’écris tout court :-)

 

Ta journée type de rédactrice web

Aucune semaine ne se ressemble. Je peux passer une journée sur l’audit d’un site Internet, l’écriture d’une charte éditoriale ou la rédaction d’une page d’accueil, le lendemain animer une réunion ou une formation, faire de la veille, écrire un post pour mon blog Plume Interactive ou travailler sur mon deuxième roman (qui a obtenu la bourse d’écriture 2013 du Centre National du Livre). C’est ce que j’aime dans ce métier : la diversité et la liberté. C’est pour cela que j’ai choisi d’être indépendante. J’organise mon temps et mon planning comme je le souhaite

 

Ton meilleur souvenir de rédactrice web ?

La conception d’un guide pour définir le style et le ton rédactionnel d’un site international en e-tourisme. Au début j’étais étonnée par les conditions de travail : je devais collaborer avec l’agence de mon client, basée à Rotterdam en Hollande et avec l’équipe marketing partagée entre Genève, Paris et Marseille. Il fallait imaginer un style d’écriture, rajouter de l’humour et de l’émotion dans une approche très corporate. Ça a été un projet très créatif du point de vue de l’écriture et une expérience humaine très stimulante. J’ai vraiment pris du plaisir à imaginer tout cela. Et cela prouve que l’on n’a pas besoin d’être physiquement dans les locaux d’une entreprise pour bien travailler, même en équipe. Je suis d’ailleurs très optimiste sur l’avenir du télétravail.

 

 

Et le pire ?

Je n’ai pas vraiment de souvenir horrible. Au début, j’ai eu quelques moments de stress aigu. Je me trompais régulièrement sur l’évaluation du temps passé sur un projet. Une fois, j’étais coincée. J’ai dû appeler une amie rédactrice web à la rescousse pour pouvoir finir dans les temps. Finalement, je n’ai pas gagné grand chose… bon si, l’expérience :-)

 

Les 3 qualités indispensables pour faire ce métier selon toi

La rigueur, l’envie d’écrire et l’empathie

 

Les joies et les peines de la profession

Les joies : écrire, imaginer une stratégie, inventer de nouvelles formations, échanger avec des experts, transmettre son savoir et aider les autres à gagner en confiance
Les peines : la solitude de ce métier parfois, la fragilité du statut de freelance qui n’est pas valorisé en France. Tout notre système est pensé pour les salariés. Et lorsque l’on souhaite organiser sa vie professionnelle autrement, c’est plus risqué d’un point de vue financier. Alors que les indépendants amènent une belle dynamique en général sur le marché de l’emploi. C’est injuste, et non adapté à la situation actuelle.

 

Tes 5 outils favoris ?

Google keyword planner, Yooda, Majestic SEO, Google analytics et mon dictionnaire

 

Une signature, un style que tu aimes particulièrement ?

Côté web, je trouve que les sites manquent d’originalité du point de vue du style écrit. C’est peut-être parce que les concepteurs rédacteurs web n’ont pas encore totalement leur place dans les agences web au moment de la conception des sites. Apple soigne ses contenus mais ne fait rien de vraiment original. Je pense au site Chanel qui offre un contenu soigné, avec un art maîtrisé du storytelling. Cartier innove un peu aussi. On trouve par contre de très belles choses au niveau du design sur le web.
Si nous parlons littérature, alors là, je réponds J.M.G. Le Clézio, Paul Eluard et Barbara Kingsolver, ou Roald Dahl pour les enfants.

 

Le blog de tes rêves ?

Un blog qui parlerait d’écologie, de poésie et de nouvelles technologies, ou alors un blog de cuisine comme Clea de Claire Chapoutot ou Cuisine Campagne de Linda Louis.

 

Si tu n’avais pas été rédactrice web, tu aurais été…

Fromagère, ou botaniste !

 

Tu sais que tu es rédacteur web quand…

Tu vérifies l’orthographe d’un mot sur Google, et puis après tu revérifies dans un dictionnaire pour être sûre. Tu prends en photo les textes des bonnes pubs dans la rue…

 

Un conseil d’écriture à partager ?

Toujours laisser reposer un texte avant de décider s’il est bon ou pas. Surtout les textes d’une page d’accueil, si importants pour l’image d’une marque. Et garder ses brouillons. Parfois le lendemain, avec un œil neuf, ce que l’on prenait pour une bonne idée s’avère être complètement plat, et la vraie bonne idée vient finalement d’un mot qu’on avait laissé trainer dans un coin…

 

Ton point de vue sur l’avenir du métier ?

Je pense que l’avenir s’annonce radieux pour la rédaction web. Seul hic, la concurrence va être rude (elle l’est déjà). Elle vient du monde entier, avec le dynamisme des pays francophones, mais aussi des ordinateurs qui deviennent de plus en plus capables de rédiger des textes simples (même si on est encore loin d’une qualité acceptable pour les internautes). Il va donc falloir se démarquer grâce à la créativité et à l’inventivité. C’est finalement, plutôt une bonne nouvelle pour les humains.

 

Le meilleur ami du rédacteur web, c’est…

Google :-)

Lise, directrice associée - Editorial Interactif

Leave a Reply

Be the First to Comment!